Originaire de Dschang (Cameroun) Modestine Ekete est une artiste pluridisciplinaire qui  fréquente très jeune l’univers  des traditions Bamiléké. Elle découvre le théâtre en 1992 à Yaoundé et très tôt cherche à être polyvalente.

C’est dans la compagnie  Artistique Le Baobab de Paul Kengmo, qu’elle apprend la danse, le chant et la percussion, participant à de nombreux concours et tournées , puis de devenir très vite première danseuse de la compagnie.

En 1994, dirigée par André Takou Saa, elle est lauréate nationale du premier Concours de Danse Africaine Contemporaine. En 1995, elle participe à Luanda (Angola) à la première rencontre de Création Chorégraphique de Danse Africaine contemporaine  et connaît un succès national avec la création de « Keugni », comme danseuse et comme assistante chorégraphe. Seule artiste camerounaise pluridisciplinaire à cette époque, encouragée par son protecteur, le réalisateur Vincent Ndoumbe Douala, Modestine Ekete enchaîne les contrats, alternant danse, musique et comédie, auprès des metteurs en scènes et chorégraphes internationaux jouant Molière, Buschner, Shakespeare au théâtre et apparaissant de temps à autres  au cinéma et à la télévision dans des séries telles que "Je reviendrai", primée elle au Festival Africain du Court Métrage.

Modestine EKETE


En 1998, elle arrive en France, au festival des Arlequins de Cholet, où elle remporte le 2ème prix  avec la pièce « A la tête du client » et la compagnie Assimba. Au théâtre de la Tempête, à Paris, elle passe par les  Ateliers Théâtrales de Philippe Adrien. Mais c’est en  chanteuse et danseuse, alors qu’elle est membre camerounais du Comité National de la Danse, qu’elle est invitée la même année au théâtre Toursky, à Marseille, dans le cadre de la commémoration de l’abolition de l’esclavage. Installée à Marseille, elle participe aux  grands événements culturels de la ville : La Fiesta des Suds, le Carnaval de Marseille, 2600 ans de Marseille, La Massalia, le Festival des Femmes du Soleil, entre autres. En 2004, avec un groupe de sa formation, elle représente la France à The International Brouhaha Liverpool Festival. Modestine Ekete  est installée au Grand Duché de Luxembourg depuis 2005 où elle  développe des projets culturels autour de ses trois disciplines (Musique, Danse, Théâtre). Elle est à l’origine de l’implantation de la danse Africaine Au Grand duché de Luxembourg, grâce à la collaboration et au soutien de partenaires locaux tels que la Kulturfabrik, TANSSI, ASTI, Le Centre de Création Chorégraphique de Luxembourg, ASTM,  le CLAE. Elle est fière d’avoir contribué à donner une place à la danse africaine, jusqu’à il y a peu de temps encore, absente du paysage culturel du pays.


Découvrez l'album de Modestine Ekete Zing Ndada



Chansons & Musiques


Auteur, Compositeur et Interprète

 

Passionnée de musique et membre de la SACEM Luxembourg, Modestine EKETE chante en  Yemba, sa langue maternelle;  en Français, en d’autres langues du Cameroun, aussi  en espagnol.  Elle compose ses chansons avec  de  la  sanza, du  ndong (flûte pygmée),  du tambour, du balafon, du  kouadeng, la guitare. Son style Afrobeat,

la fusion de ses influences musicales que lui offre la diversité culturelle de l’Afrique et en particulier camerounaise. Modestine Ekete a grandi au  Cameroun où la richesse  musicale est immense. Elle a été bercée par l’Assiko, Ben skin, Bikutsi, Makossa, Jazz, Zouk, patchanga (Salsa), Ngoumba, Pomedzong, Rumba, musique française etc… Sa musique est à la fois traditionnelle et contemporaine. Modestine EKETE a chanté dans plusieurs  pièces de théâtre qu’elle a joué  ainsi que dans des spectacles de danse. Elle a chanté dans la chorale Internationale de Yaoundé après un court passage au sein de la  Chorale classique. Mais c’est sa prestation au Yaoundé Festival « Jazz sous les manguiers » aux côtés  de  Pascal Mbouemeyi  qui  sera le déclic pour se pencher sur l’écriture de ses propres chansons. Le talent musical de Modestine EKETE se confirme sur les  scènes  Françaises, entre autre, la célèbre  Fiesta des Sud avec l’ensemble « Eurafrisia » en 1998 et 1999, ou encore le «  festival  des femmes du soleil «  en 1999  à Marseille. En 2001, André BENEDETTO lui ouvre les porte du théâtre des Carmes à Avignon  pour la création de son propre spectacle.


Théâtre


Modestine EKETE disait : « C'est Le théâtre qui est venu vers moi ».  Et pourtant elle  deviendra l’une des comédienne les plus sollicitée du Cameroun. Modestine EKETE qui se destinait à des études de médecine s’est retrouvée, par ricochet  sur les planches, après une rencontre fortuite avec Karim Fota, auteur de  » par quatre chemins » dans laquelle elle tiendra un des rôles important, mise en scène par Saïdou Abacha et Koung A Bepe. La famille du théâtre venait de l’adopter  alors qu’elle est encore adolescente.  SCANDAL ! hurle la famille, qui ne voyait pas d’un bon œil  son attirance pour le métier d’Artiste. Car au Cameroun, comme ailleurs, même si les mentalités évoluent, » l’Art n’est pas considéré comme un métier », surtout pour une jeune femme Africaine  « cela signifie une vie nomade, sans mari, sans enfants », donc une existence  marginale, presque honteuse, aux bans de la société. Qu’à cela ne tienne, tenace, il est hors de question  pour Modestine EKETE de retourner  en province, car elle a déjà pris goût à l’ambiance Artistique de la capitale. Tiraillée entre sa famille et son métier, elle réussira pourtant à franchir le grand écart avec  souplesse. "Je me suis prise au jeu, et ma mère qui fait preuve d’une grande ouverture d’esprit, m’a laissé  faire mon chemin avec pour  condition, que je continue mes études".

Modestine EKETE a été dirigée par des metteurs en scènes et réalisateurs de différents pays,  Alex David Longang, André Benedetto, Herbert Fischer, Georges Deco, Douglas Rintoul, Jacobin Yaro, Marianne Karlberg, André Bang,  Marc Deggeller, Félix Rellstab, Augustine Fouda, Daniel Losset…

 

2005 * "Julius Caesar" Shakespeare (Débora WARNER)

2002–2004 * "Le Cabaret Omar Khayam » (André BENEDETTO) tournée internationale

2001 * "le cabaret Omar Khayam" au Festival d’Avignon

2000 "Les Arpenteurs de la cité" (André BENEDETTO) au Festival d’Avignon

1998 * Prix Arlequins à Cholet avec  "A la tête du client" (Alex David Longang)

1997 * "Leonce et Lena Buschner (André BANG)

1997 * "Gibs" (Marc DEGELLER)

1996 * "L’opera de quat’sou" Brescht (Herbert FISHER)

1996 * "Aes" (Felix RELLSTAB, Marianne KARLBERG, Gralf -Ezard HABBEN)

1995 * "Looobhy" (Alex David LONGANG , Pascal Martine TAYOU)

1994 * "The courageous cry" (Edet EKPWOUEGNON) tournée nationale

1994 * "A la tête du client" (Alex David LONGANG) tournée nationale

1993 * "Partie D’opposition" (Daniel NDO), retransmission TV en direct

1992 * "Tartuffe" Molière (Georges DECO)

1992 * "Les contes du Cameroun" (Gérard BATREAU)

1991 * "Par quatre chemins » Fotah( Pierre KOUNG A BEPE)

1991 * "Aziza" (Georges Deco)

Danses


"En Afrique, qui dit chant dit musique et qui dit musique dit Danse" (Alphonse Thierou).

Modestine EKETE  est membre  Camerounais du CND (Comité National de Danse ); Première Lauréate National du Premier concours de Danse Africaine Contemporaine en 1995; elle est représentante en Europe du BIT ( Baobab International ). Elle a enseigné en Afrique, en Europe, en Amérique ; a  travaillé auprès des chorégraphes  et professeurs de renom, Alphonse THIEROU, André TAKOU SAA, Mathilde MONIER, Josette BAIZ, Seydou BORO, Paul KENGMO, Salia SANOU… Consciente de la diversité culturelle qu’offre son pays natal, Modestine EKETE s’inspire des danses de différentes régions du Cameroun qu’elle  enseigne  sous leur forme traditionnelle et moderne, tout en respectant leur évolution. Sa gestuelle  nous apprend que la danse africaine va bien au-delà du frémissement du corps qu’elle reflète à sa manière, un langage social universel qui permet l’acceptation des différences, qu’elle est un mode de vie à caractère global centré sur le bien être (l’apprentissage de l’écoute de soi, l’épanouissement), la richesse de sa gestuelle donne la possibilité à celui qui la pratique d’exprimer les émotions pures  provenant de sa véritable nature …). La technique de Modestine EKETE nous rappelle que notre corps  est un formidable instrument de communication et non une enveloppe vide. Modestine EKETE développe une  approche qui  s’oriente vers une expression Artistique basée sur la vie quotidienne, dont les gestes, les mouvements et la parole font allusion à ses racines, à ses pulsions profondes, ainsi qu’aux aspects techniques et spirituels. Sa démarche  englobe une découverte de soi et des autres à travers l’expression corporelle. Modestine EKETE tente ainsi de mettre en résonance des mots, des sensations, des sentiments qui somnolent ici et là dans le corps »; et  insiste plus sur un savoir être que de se focaliser sur  un savoir faire. Elle propose  une approche qui s’adapte, aussi à la société occidentale  et ne souhaite pas « plaquer  » une danse issue d’un contexte particulier, à un contexte différent. Persuadée que l’ouverture vers d’autres arts ne peut être que bénéfique, Modestine EKETE n’hésite pas, si nécessaire, à explorer de différentes expériences, notamment avec l’artiste plasticien et scénographe Pascal Martine TAYOU. La méthode Jacques LECOQ (mouvement) qu’elle a apprise auprès de Joyce HENDERSON  lui permet de susciter chez les  élèves la prise de conscience de l’importance de l’espace dans lequel ils sont appelé à évoluer.

 

Les créations : 2008 Bricabrac, 2007 Sur la Place du Marché, de 2005à 2006 Lezing, 2003 Décadance, 2002 Zimna, 2001 Tuè-laah, 1999 Tempo, 1996 Paradoxe .

 

En collaboration avec : Massalia, Carnaval de Marseille, The courageous cry, A la tête du client, Gibs, Looobhi, Le cabarêt Omar Khayam.

 



Altercadance A.S.B.L.

Tel. : +352 26 51 06 59

Mobile : +352 691 879 391

9 rue des Champs / L-5515 Remich

 

 

RCS F10782

Autorisation Sacem : 00642280464

Crédit photos : Olivier Bouton